Soixante-quatrième jour - ou comment l'aliène Blingue-Blingue a résolu l'imbroglio des Mistraux

Publié le par Lulu de la Lune

Comme vous vous en souvenez, joli lecteur, nous avions laissé l’aliène Blingue-Blingue affalé dans un fauteuil d’un cinéma du royaume du roi du chocolat, en pleine fascination pour Carole Laure dans sa baignoire... de chocolat justement (voir Soixante-deuxième jour- le bal des j'empire). Il n’y était pas resté très longtemps, car il était surveillé nuit et jour par des agents de la Grande Puissance Nortuaire (que l'on reconnaît par leurs ravissantes ombrelles en papier de soie) qui avait vu dans cette fascination un signe indéfectible de la grandeur de sa fibre patriotique.

Alors, après lui avoir fermé la bouche, qu'il gardait ouverte dans son air béat, et comme il était étranger, on lui avait proposé tout de go de postuler au gouvernement, et on l’avait emmené (de force, c'était plus fort qu'eux) rejoindre la file d’attente des prétendants aux postes de ministres, qui faisait le tour du pâté de maison.

Cette file était très grande, car elle était composée de tous les larbins de la Grande Puissance Nortuaire, qui sont encore très nombreux, bien que cette file alla quand même en s'éclaircissant, depuis que s'éclaircit la fourberie de la puissance en question, et l'évidence grandissante de l'aspect contre-productif de continuer à la soutenir. Mais comme les imbéciles serviles sont encore très nombreux sur la Terre, la file était quand même très longue.

On le sait, l'aliène Blingue-Blingue n'est pas très patient. Il commença nerveusement à regarder autour de lui, perché sur ses chaussures à talonnettes, soulevant ses lunettes de soleil pour mieux voir le ramassis de serpillières qui l'entourait et il découvrit que juste devant lui attendait patiemment... le président de l'ectoplasme mineur satellite, sans son scooter, sans son casque, sans son actrice, mais avec une lettre de recommandation qu'il avait réussi à soutirer à la mère supérieure du couvent des oiseaux, vieille amie d'une de ses tantes, une vieille fille quasiment sourde et aveugle, qui y venait régulièrement faire des retraites spirituelles*.

Il raconta sa pauvre histoire, sa popularité déclinante, ses Mistraux qu'il traînait comme des casseroles, dont il ne savait vraiment pas quoi faire, et l'aliène Blingue-Blingue sentit sa fibre commerçante se réveiller. N'avait-il pas réussi à soutirer une somme astronomique à la Grande Puissance Nortuaire, et résoudre (à moitié) son problème d'avion furtif? (voir Soixante-et-unième jour - un furtif du tonnerre)

C'est alors qu'il eut (encore) une idée de génie. Il entraîna le président hors de la file et lui vendit son idée:

- personne ne veut de vos Mistraux, soit;

- mais tout le monde veut des drones, surtout depuis que ceux de la Grande Puissance Nortuaire ont été dézingués comme des pigeons par l'ours voisin, quand ils se sont aventurés au sud du royaume du roi du chocolat.

Il suffisait donc de transformer les Mistraux en drones et de les fourguer au roi du chocolat; c'était facile,

- de Mistral porte-hélicoptères, on transformerait chacun d'eux en hélicoptères porte-Mistral!

Le président de l'ectoplasme mineur satellite trouva l'idée formidable et remercia bruyamment Blingue-Blingue. Mais, au moment de sortir son chéquier (que Blingue-Blingue lui demanda de libeller en yuans, je me demande pourquoi), il demanda:

- Mais comment faire pour les acheminer vers le royaume du roi du chocolat sans réveiller la curiosité?

L'aliène Blingue-Blingue réfléchit un instant. Puis il exposa une autre idée de génie:

- comme des drones mystérieux survolent depuis quelque temps les centrales nucléaires, vous ferez voler ces nouveaux drones de centrale nucléaire en centrale nucléaire, jusqu'à arriver à la choconazière. Comme ça, vous résoudrez votre problème en ne faisant qu'épaissir un peu plus le mystère, c'est tout...

Et ce qui fut dit fut fait!

Vraiment, l'aliène Blingue-Blingue me surprendra toujours!

Bon, la suite, à demain,

* et qui le confondait avec un de ses cousins, qui avait réussi, lui. Ce dernier était à la tête d'une industrie florissante de vestes réversibles, l'une des rares industries dont le profit (mirobolant) est lié à l'aconomie réelle, et non à des applications en bourse.

VOUS POUVEZ LAISSER UN COMMENTAIRE, IL SERA LU ATTENTIVEMENT PAR ANASTASIE, NOTRE FONCTIONNAIRE LA PLUS ZÉLÉE

Soixante-quatrième jour - ou comment l'aliène Blingue-Blingue a résolu l'imbroglio des Mistraux

Commenter cet article