Soixante-sixième jour – heureux qui fait la bombe

Publié le par Lulu de la Lune

Comme vous l'avez constaté, croustillant lecteur, ça fait un bail que je ne me suis pas penché sur ce journal. Mais il faut dire que depuis que les charmantes petites abeilles aliènes ont transformé la Lune en paradis tropical un peu genre Amazonie mais sans campagne de forage-test de multinationales pétrolifères (ICI), on a été très occupés à ne rien faire ou à barboter sur les bords de la Mer de la Tranquillité.

Yvonne Ma Tante, notre hôte, tenancier du Mont de Piété de la Mer du même nom (vous vous souvenez, n'est-ce pas, brillant lecteur? Si vous ne vous souvenez pas, ou si vous êtes nouveau, vous pouvez lire ICI) a retrouvé sa jeunesse en redevenant le maître nageur qu'il avait été il y a des milliers d'années, du temps où il y avait de l'eau dans la Mer de la Tranquillité, et c'est d'ailleurs pour ça qu'elle s'appelle la Mer, parce que sinon, pourquoi on aurait appelé Mer ce trou poussiéreux que j'avais trouvé à mon arrivée?

Yvonne Ma Tante avait un peu laissé tomber le Mont de Piété, qui était maintenant sous des mégalitres d'eau, ce qui faisait qu'on entendait pas très bien la sonnette accrochée à la porte quand quelqu'un entrait pour reprendre son clou. Mais tout ça c'était pas bien grave, tout à la joie qui régnait sur la Lune.

La vache Angela (qui est apparue dans ce journal ICI), devant ce splendide miroir lunaire, nous avait avoué qu'elle ne savait pas nager. Le galant dragon marin (qui ne crache pas le feu parce qu'il est marin) tenancier-maître-nageur s'était alors précipité pour lui enseigner toutes les subtilités de la nage, de la planche, de l'apnée, de la pèche à la crevette, du décollage des berniques à marée basse, et du casse-croûte pâté rillettes cornichons arrosé de grapilleru. Il avait commencé par lui apprendre à faire la planche, et pour qu'elle soit plus à l'aise, il lui faisait aussi chanter l'internationale à tue-tête, ce qu'elle adorait, et nous aussi, parce que sur la Lune on est tous communistes, en attendant que les terriens se rendent à l'évidence et le deviennent aussi, mais c'est pas gagné, parce qu'ils sont particulièrement bourrins il faut bien le dire.

Mais la transformation de la Lune en paradis tropical grâce à nos camarades les charmantes petites abeilles aliènes constructivistes avaient fait revenir vers la Mer de la Tranquillité tous les anciens habitants de la Lune qui avaient passé tous ces millénaires enfermés dans des caves à jouer à la belote (on joue beaucoup à la belote sur la Lune, vous ne saviez pas?), tellement ils étaient dégoûtés qu'il n'y ait plus d'eau dans la Mer de la Tranquillité et qu'ils ne puissent plus faire de bombe du haut du plongeoir. Il y avait en particulier toute la famille d'Yvonne Ma Tante, une tripotée de monstres marins très bien élevés qui, outre leur maîtrise de la belote et de la bombe du haut du plongeoir, connaissaient l'Iliade et l'Odyssée par cœur, ce qui était un grand mystère, mais pas tant que ça quand on se rappelle l'épisode que j'ai raconté ICI.

D'ailleurs, à propos de mystères déflorés, quand ils recommencèrent à faire des bombes du haut du plongeoir, en y entraînant la vache Angela, toujours prête aux grandes aventures, Yvonne Ma Tante, avec qui je barbotais tranquillement (il m'avait prêté des palmes et un tuba), me raconta que ses neveux facétieux, alors que leur grand-père s'apprêtait à faire un saut de l'ange pour émerveiller leur grand-mère qui avait enlevé ses lunettes pour l'occasion (elle en avait assez de les essuyer, même un saut de l'ange, chez lui, se terminait en bombe, mais elle ne pouvait pas protester contre cette preuve d'amour si délicate – il y en a qui offrent des fleurs, lui il faisait des bombes), ses neveux, donc, avaient incliné le plongeoir le plus loin possible et le grand-père avait plongé.... vers la terre!

Nous apprîmes, ainsi, la véritable origine du terrible monstre du Loch Ness, qui n'arrêtera de terroriser les riverains que quand on lui offrira un plongeoir pour pouvoir faire des bombes. C'est tellement simple la vie, finalement!

Bon, j'ai une autre histoire à vous raconter, mais j'ai la flemme de le faire maintenant.

La suite, à demain,

VOUS POUVEZ LAISSER UN COMMENTAIRE, IL SERA LU ATTENTIVEMENT PAR ANASTASIE, NOTRE FONCTIONNAIRE LA PLUS ZÉLÉE

Soixante-sixième jour – heureux qui fait la bombe

Commenter cet article